Nous avons attendu en retenant le souffle sa présentation au dernier Salon de la Moto de Milan. Nous avons été ensorcelés par son style unique, peu conventionnel, et pourtant si lié à l’identité et à l’histoire de la marque Moto Guzzi. Ensuite, nous avons été émus par sa livrée jaune, blanche et noire : un hommage à un chapitre sportif aventureux et audace de l’histoire de l’Aigle, le légendaire Paris-Dakar.

C’est la Concept V85 : la nouveauté qui a surpris tout le monde et nous a captivé en premier, nous les reporters de The Clan.

Pour mieux la connaître nous sommes allés, en mission pour la communauté, demander les secrets de son design en interviewant la personne qui l’a conçue : Marco Lambri, Responsable du Centre Style Piaggio Group, passionné guzziste et membre de The Clan comme nous.

1) Tu es un membre de The Clan et un passionné guzziste. Comment est né ton amour pour l’Aigle et comment es-tu arrivé à dessiner la V85 ?

« J’ai grandi dans le garage de mon père, au milieu des moteurs et à l’âge de cinq ans j’ai reçu en cadeau ma première moto : c’était une petite Malacan 50. Depuis je n’ai plus jamais abandonné les deux roues.
Ma passion pour l’Aigle est née quand j’avais 16 ans et que j’ai visité avec ma classe d’école l’établissement de Mandello. Outre les zones de production, nous avons vu la petite piste d’essai qui se trouvait derrière l’établissement. Il venait juste d’arrêter de pleuvoir et le goudron était encore humide. Un pilote d’essai était en train de tester une ‘Le Mans III’.  Après le tour d’essai, il s’est arrêté parmi nous : la chaleur des pneus qui faisait évaporer l’eau de la bande de roulement et le cliquetis de la dilatation des matériaux autour de la ‘Le Mans’ créaient une atmosphère surréelle. Cela m’a impressionné, alors j’ai décidé qu’un jour j’aurais travaillé à Mandello et j’aurais dessiné une Guzzi.

Je ne me souviens pas quand j’ai dessiné la première Guzzi : concevoir une moto et une voiture représentait pour moi une obsession, chaque jour je dessinais un nouveau croquis. La première moto dessinée de manière professionnelle remonte à la période où je travaillais au Centre Style Alfa Romeo. Aprilia avait acheté la Moto Guzzi et elle cherchait des designers. J’ai présenté ma candidature et j’ai emmené quelques-unes de mes propositions. Ainsi, après quelques années et un grand nombre de croquis, j’ai réalisé l’un des projets les plus intéressants et stimulants sur lequel j’ai jamais posé ma crayon : la V85 ».

 

2) Nous avons déjà raconté sur la communauté le début de l’histoire de Moto Guzzi au Dakar : combien de ce mythe et de la tradition des versions tout-terrain de l’Aigle vivent dans cette V85 ?

« Le phénomène des « classic » et du retour à certaines valeurs liées aux motos du passé est devenu de plus en plus une mode. C’est l’expression d’un nouveau motard qui a des exigences différentes : très attentif au look de sa moto, il veut s’exprimer à travers celle-ci. Mais aujourd’hui, le secteur des « classic » sacrifie souvent la fonctionnalité, surtout parmi les tout-terrains, en faveur uniquement de l’image. En revanche, V85 associe les valeurs d’une moto attentive au style mais aussi à la fonctionnalité. Néanmoins, je considère la V85 une moto moderne. Nous aimons l’appeler « classic » parce qu’elle reprend des valeurs que nous estimons intemporelles et donc classiques pour chaque motard. C’est une moto simple dans sa structure, robuste et facile à utiliser. Rien n’est inutile et elle reprend l’esprit des premières motos enduro des années 1980, des motos avec lesquelles on pouvait faire n’importe quoi : aller au boulot, passer le week-end au lac ou organiser les vacances d’été.

L’histoire de Moto Guzzi dans le secteur tout-terrain est pleine d’exemples intéressants. De la Lodola Regolarità aux séries TT et NTX. Des motos simples, fonctionnelles, qui expriment l’esprit italien, inarrêtables sur n’importe quel terrain. V85 recueille cet héritage qui lui donne un charme unique et arrive aussi d’un autre chapitre tout-terrain de Moto Guzzi : le légendaire Paris-Dakar.  

Le prototype présenté à Milan est une citation évidente de la Moto Guzzi V65 TT avec laquelle Claudio Torri participa au Dakar de 1985, surtout la représentation graphique. Il nous semblait que c’était la moto avec le bon esprit pour introduire le concept de « classic enduro » et souligner les origines tout-terrain de Moto Guzzi. »

 

VOULEZ-VOUS LIRE TOUT L'ARTICLE?
CONNECTEZ-VOUS OU INSCRIVEZ-VOUS ET ENTREZ DANS LE MONDE THE CLAN

ou RETOURNEZ À LA PAGE D'ACCUEIL