Moto Guzzi The Clan
HISTOIRE

Antonio Ligabue et Moto Guzzi. Lien entre art et vie

« Le regret de son esprit, lui qui créa dans la solitude et la douleur, est resté chez ceux qui comprirent que, jusqu’au dernier jour de sa vie, il ne recherchait qu’amour et liberté ». 

Le point de départ de notre voyage au guidon d’une Moto Guzzi à la découverte d’Antonio Ligabue est l’épitaphe gravée sur la tombe du peintre, à Gualtieri, petit village situé dans la province de Reggio d’Émilie et maison adoptive de cet incroyable artiste italien (bien qu’il soit originaire de Zurich) du début du XXe siècle. L’un des principaux représentants de l’art naïf, qui trouva son salut dans la peinture après une jeunesse plus que tourmentée. Une enfance malheureuse, très difficile, aux conséquences dramatiques (de la mort de sa mère Elisabetta et de ses trois frères à cause d’une intoxication alimentaire aux maladies dont il souffrait, le rachitisme et un goitre, jusqu’à son expulsion de Suisse à tout juste 20 ans après avoir agressé sa mère adoptive) qui le poussa toute sa vie à courir après « la liberté et l’amour » au guidon de l’Aigle de Mandello. Il a eu et aimé de nombreuses Moto Guzzi, mais sa préférée était, nous le savons, la GTV 500

Voulez-vous lire l'article complet?