3 films d’automne à ne pas perdre

Blade Runner 2049
Au cinéma au mois d’octobre

Il a fallu attendre 35 ans pour pouvoir encore lire sur les affiches le nom Blade Runner : l’un des films les plus aimés, cités et étudiés de toute l’histoire de la science fiction et peut-être de tout le cinéma. Un film qui exerce encore un magnétisme sombre et irrésistible, sans égal dans la cinématographie de ce genre. Mais l’attente semble terminée.

Si vous vous souvenez de Blade Runner de 1982, Ridley Scott avait hâte de replonger dans les bas quartiers de Los Angeles pour revivre l’atmosphère Cyberpunk sombre, désenchantée et profondément humaine de ce monde du futur et dystopique. Mais pour notre bonheur, cette séquelle imprévue s’annonce comme un hommage obséquieux au film d’origine, entre le remake et l’upgrade, dirigé par le metteur en scène Denis Villeneuve.

La bande d’annonce contient déjà tous les éléments connus : la pluie battante, les enseignes au néon, la bande son électronique pressante, les yeux verts des répliquants et les cicatrices sur le visage des Blade Runner. C’est exact, ils sont au nombre de deux, et la rencontre entre l’Agent K, le protagoniste interprété par Ryan Gosling, et son prédécesseur de 1982 Rick Deckard – bien évidemment Harrison Ford – constitue la révélation cinématographique que tout le monde attendait.

A présent, il ne reste qu’à se demander comment se déroulera l’intrigue et surtout laquelle des sept versions cinématographiques du premier film sera développée.

 

The Snowman
Au cinéma au mois d’octobre

C’est le début de l’hiver dans la ville froide et spectrale d’Oslo où, à la première tombée de neige, un assassin impitoyable laisse une trainée de sang.  

Martin Scorsese devait diriger ce thriller, le premier film tiré d’un des romans de la série très populaire du détective Harry Hole écrite par l’auteur norvégien Jo Nesbø. En revanche, c’est le metteur en scène suédois Tomas Alfredson (qui a réalisé Morse et La taupe) à nous mener pas à pas dans l’enquête dirigée par Harry Hole (Michael Fassbender) qui s’occupe d’une série d’atroces féminicides qui le poussent à rouvrir des affaires non résolues remontant à des dizaines d’années, dans l’espoir de trouver des indices permettant de capturer le killer avant que la neige ne retombe sur les routes en cachant toutes les traces.

 

Thor: Ragnarok
Au cinéma au mois d’octobre

Dans ce troisième chapitre, le dieu du Tonnerre, à présent sur le trône d’Asgard, subit le destin de son père Odin, exilé et emprisonné de l’autre côté de l’Univers. C’est là que commence sa course dans la tentative d’arrêter le Ragnarok, l’apocalypse qui pourrait détruire son monde.

 

Sur la route vers Infinity War et sa séquelle, le couple de films qui en 2018 et 2019 noueront les destins des épopées produites par Marvel qui ont été suspendues,Thor: Ragnarok, sera l’un des films déterminants pour démêler les intrigues secondaires de ce monde de plus en plus interconnecté et menacé par des forces apocalyptiques.  

Cette menace imminente donne un certain sérieux à la narration du film qui ne renonce toutefois pas au mélange d’humorisme et d’action qui ont décrété le succès des films Marvel.

L’anti-héros qui veut détruire Asgard est interprété par Cate Blanchett (qui a reçu un Oscar) ; elle devra affronter Thor mais aussi un nouveau Hulk, plus vert et fort que jamais.